fbpx

Dans le cadre de la 5e édition des rencontres inspirantes du fond de dotation, la Sauvegarde du Nord a rassemblé les mécènes et les associations afin de discuter autour d’une table ronde de la crise sanitaire, la période de confinement, des enjeux des partenariats mais aussi sur l’évolution des modes de partenariat qui peuvent être proposés à l’avenir. Louis Gallois, Président du Fonds de dotation La Sauvegarde du Nord et président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën fera part de son regard concernant l’importance de l’alliance entre les mécènes et les associations face à cette crise sans précédent.

La Sauvegarde du Nord est une association qui s’adresse aux personnes et à des groupes en situation de vulnérabilité économique, sociale ou médicale.

Chaque année, la Sauvegarde du Nord organise une rencontre inspirante du fond de donation. Cette année, la rencontre est différente des autres années, car avec le contexte actuel la question de « Comment faire face à la crise ? » est plus que d’actualité. Lors de cet événement, différentes propositions de solidarité ont été abordés. Mais aussi les conséquences et les solutions apportées durant cette pandémie et confinement inédit.

Lors de la pandémie mondiale et la période de confinement, les mécènes et les associations se sont montrés très réactifs et solidaires afin de répondre aux besoins urgents des associations.

Différents acteurs étaient présents lors de cette rencontre. C’est Frédéric Rouvière, directeur général de la Sauvegarde du Nord ainsi que Noémie Vandecasteele, chargée de mécénat qui ont animé la rencontre. Nous avons pu retrouver autour de cette table, Cédric Bouquet, Directeur communication et mécénat à l’Institut Pasteur de Lille, Bernard Decoster, PDG de DSDSYSTEM, Nadège Delmotte, Présidente de la Fondation Boulanger et Fabienne Lemaire, Présidente adjointe du Pôle Protection de l’Enfance de la Sauvegarde du Nord. A la fin de cette rencontre, une conclusion a été apportée par Louis Gallois, Président du Fonds de dotation La Sauvegarde du Nord et président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën.

Ensemble, ils ont pu répondre à différentes questions :

  1. Présentation rapide de la structure et rappel de la mobilisation de chacun des intervenants pendant la crise, ce qui a été mis en place dans leur structure respective
  2. Evolution des besoins : les impacts de la crise sur la manière d’appréhender leur travail et leur relation aux partenaires
  3. Quelles perspectives : comment voit-il l’évolution de leur mobilisation/des besoins ? Leur manière de travailler avec leur partenaire ?

L’institut pasteur et DSDSYSTEM ensemble contre la recherche de la COVID-19

Lors de son intervention, Cédric Bouquet, Directeur communication et mécénat au sein de l’Institut Pasteur de Lille évoque la crise sanitaire et la recherche contre la COVID-19.

En effet, dans le cadre de sa mission de surveillance des virus grippaux et respiratoires sur le territoire français, l’Institut Pasteur a mobilisé ses équipes en faisant appel au Centre national de référence Virus des infections respiratoires (dont la grippe) et la Cellule d’intervention biologique d’urgence (Cibu), pour identifier et confirmer les suspicions d’infection respiratoires aiguës liées au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2). 

Une Task Force a été mise en place à l’Institut Pasteur pour répondre à l’urgence de cette crise sanitaire. Ce groupe d’action et de recherche mobilise les experts de l’Institut Pasteur sur différents domaines de recherche :

  • La connaissance du virus et de sa pathogenèse ;
  • Le développement de nouveaux outils diagnostiques et la recherche d’anticorps pouvant avoir une application thérapeutique ;
  • Le développement de vaccins ;
  • L’épidémiologie et la modélisation pour mettre en place des stratégies de contrôle de l’épidémie.

A l’heure actuelle, L’Institut Pasteur de Lille avance dans la recherche contre la COVID-19. Grâce à la startup Apteeus, une molécule a été découverte comme particulièrement efficace contre le virus. Des premiers essais chez l’homme, sont envisagés pour la fin de l’année.

Afin d’apporter votre soutien à l’Institut Pasteur de Lille et faire avancer les recherches, vous pouvez faire un don en cliquant ici.

Cédric Bouquet évoque le partenariat entre DSDSYSTEM et l’Institut Pasteur de Lille depuis le début de la crise sanitaire. En effet, DSDSYSTEM a été le premier mécène à soutenir la fondation dans ces recherches. Pour Bernard Decoster, PDG et fondateur de DSDSYSTEM, cela a été une évidence de soutenir l’Institut Pasteur de Lille et de s’impliquer à notre échelle afin d’aider les experts dans cette crise majeure. Les collaborateurs ont été enthousiastes à l’idée de participer à la recherche contre la COVID-19. C’était une évidence pour l’éditeur de logiciel spécialisé dans la gestion de maintenance par ordinateur (GMAO) de pouvoir apporter son aide à la fondation, connue et réputé mondialement.

Le service communication de DSDSYSTEM a porté également le message pour ses clients, à travers des actions de communication : emailing, bannière, articles et publications sur les réseaux sociaux. L’entreprise spécialisée dans l’édition de logiciel GMAO, SAV et QHSE, a pu transmettre un message d’appel à l’aide à travers son réseau de clients spécialisés dans l’industrie.

La sauvegarde du Nord et la Fondation Boulanger

Deuxième temps fort de la table ronde, Nadège Delmotte, Présidente de la Fondation Boulanger évoque également la situation inédite dont ils ont dû faire face en mars 2020. Afin de maintenir le lien entre les personnes malades ou fragiles isolées et leurs familles confinées, la Fondation Boulanger offre au début de la crise 10 000 tablettes numériques en partenariat avec la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France. Au 30 juin 2020, il y a eu plus de 4 500 hôpitaux et EHPAD équipés en tablette numérique, ce qui fait un total de plus de 35 000 tablettes offertes. La Fondation d’entreprise Boulanger met à profit le savoir-faire et les valeurs des équipes du groupe Boulanger pour créer du lien entre les personnes et améliorer la vie par la technologie de ceux qui n’y ont pas ou peu accès. Nadège Delmotte, évoque l’élan de solidarité depuis le confinement, mais aussi le soutiens du groupe Auchan, le LOSC, Amazon, Engie, ou encore Cofidis (voir la liste complète des partenaires et donateurs).

Fabienne Lemaire, Présidente adjointe du Pôle Protection de l’Enfance de la Sauvegarde du Nord évoque de son côté la difficulté dont ils ont dû faire face au début du confinement. Protéger l’enfant, c’est avant tout lui donner les moyens de se construire et lui permettre de devenir auteur et acteur d’une histoire à la fois collective et singulière ; histoire qu’il n’a pas choisie et dont il est le produit. C’est à partir de cette idée que la Protection de l’Enfance a défini sa philosophie et ses points d’ancrage. Garder le lien social, continuer à étudier, avec le moyen d’étudier à distance. Tout cela a été un bouleversement au pôle protection de l’enfance. Grâce à la fondation Boulanger, la Sauvegarde du Nord a pu bénéficier de moyens digitaux afin de garder du lien entre famille et enfant, de continuer à étudier pour les enfants et étudiants ainsi que d’éviter le décrochage scolaire.

La conclusion de Louis Gallois, Président du Fonds de dotation La Sauvegarde du Nord et président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën est assez édifiante. Effectivement, la crise sanitaire a plongé dans la précarité des millions de personnes, du jour au lendemain. Cette crise sociale sans précédent se poursuit, six mois après les trois coups du confinement. C’est ce que montre la nouvelle édition du baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvreté. 900 000 chômeurs supplémentaires sont attendus par l’Unedic en 2020. 1 français sur 3 a subi une perte de revenu, Le nombre de précaires n’a jamais été aussi important depuis la Seconde Guerre mondiale. A l’occasion de la publication, ce mercredi, de son quatorzième baromètre annuel de la pauvreté, réalisé avec Ipsos, le Secours Populaire sonne l’alarme. Pendant les deux mois du confinement, 1.270.000 personnes ont sollicité l’aide de l’association dans ses permanences d’accueil, contre 3,3 millions sur toute l’année 2019. Parmi ces demandeurs, 45% n’avaient jusque-là jamais franchi la porte du Secours Populaire. Il faut que les actions de générosité impulsées par la crise sanitaire, se pérennisent et prospèrent. Qu’elles rapprochent encore plus les entreprises et les associations à l’avenir.

Source la photo : La Sauvegarde du Nord